Le Festivox et NQNT dans la Rep’

Lien vers l’article

 

L’ambiance familiale et décontractée du Festivox devrait aller comme un gant aux quatre compères de Ni Queue Ni Tête.

D’humeur rigolarde sur scène comme à la ville, Stéphane Counil, guitariste-chanteur du groupe Ni Queue Ni Tête, répond à quelques questions à la veille de sa prestation sur la scène du Festivox dimanche. Se sentant comme chez lui dans le Gâtinais, le groupe basé à Chateauneuf-sur-Loire participera à la fête de Châlette le 1 er juin.

 

Que s’est-il passé pour vous depuis votre victoire au Labeltremp, le tremplin de Radio Châlette, en 2012 ?

 

Ça a été un hiver studieux. On travaille sur notre prochain album, qui arrivera fin 2013-début 2014. Il y aura une petite évolution avec un peu plus de guitare électrique. Mais ça restera des chansons festives légères et conviviales. On ne change pas de fonds de commerce, il y a toujours Élodie à l’accordéon, pas de souci pour les amateurs ( la talentueuse et charmante artiste est régulièrement mise en avant lors des concerts du groupe, NDLR).

On travaille un nouveau son avec un ingénieur avec qui on collabore depuis un an et qui nous pousse à travailler de manière plus professionnelle, sur le son, la mise en place, etc.

On a aussi fait quelques scènes en intérieur dans le département, dans les bars qui nous accueillent habituellement. Et puis on a gagné aussi le tremplin des Arcandiers dans le Cher.

 

Quelles ont été les retombées de cette victoire ?

 

Ça nous a donné confiance en nous, ça nous a donné de l’expérience de jouer trois fois au Hangar, aussi. Ça nous a apporté une notoriété locale et puis ça rajoute une ligne sur la carte de visite, ce qui n’est pas anodin pour trouver des dates.

« On se sent vraiment à l’aise dans l’est du Loiret »Nous, on le claironne qu’on a gagné le Labeltremp. On est content de revenir dans l’Est du département. On s’y sent vraiment à l’aise. Le public et l’esprit nous conviennent bien.

 

Vous connaissez le Festivox ?

 

J’en ai beaucoup entendu parler. Je sais que le cadre est sympa et que l’ambiance est familiale. Ça nous plaît déjà !

 

À quoi peut s’attendre le public du Festivox dimanche ?

 

Ce sera un vrai show à l’américaine, avec un peu de guinguette, comme d’habitude. Les gens qui nous connaissent déjà peuvent s’attendre à des surprises puisqu’on jouera quelques nouveaux morceaux. Mais il n’y aura pas de nouveaux costumes. En revanche, notre batteur va arriver sur scène en dragster.

 

Après Château-Renard, rendez-vous à la fête de Châlette le 1 er juin

Le 1 er juin, vous serez à la fête de Châlette. Cela fera deux belles scènes coup sur coup.

 

C’est la grosse date de notre « Gâtinais Tour ». Après, on ira peut-être à l’étranger, pour une tournée mondiale en Sologne ( rires).

Plus sérieusement, cette date, c’est le gros cadeau du Labeltremp, avec la première partie de l’ONB ( Orchestre national de Barbès, NDLR), on est au taquet.

 

Quels sont les projets du groupe pour la suite ?

 

On est en train de préparer des dates dans deux cafés-concerts référence sur Lille. On a mis ça sur pied avec l’accordéoniste de HK et les Saltimbanques, dont on avait fait la première partie, qui nous a branchés là-dessus. On avance en utilisant la technique de l’escargot, petit à petit, et en spirale ( rires), géographiquement parlant.

 

Jean-Baptiste Dos Ramos
jean-baptiste.dosramos@centrefance.com

Interview NQNT sur le site Oloing.fr

A l’occasion de la victoire au label Tremp, une interview de Stéphane à lire sur le site Oloing.fr

 

http://www.oloing.fr/interview-ni-queue-ni-tete-vainqueur-du-label-tremp/

 

Récemment vainqueur du concours Label Tremp organisé par Radio Chalette et la Ville de Chalette, le groupe « Ni Queue Ni Tête » jouait le 15 décembre 2012 au Hangar à l’occasion des 30 ans de la radio locale.

Stephane, leader du groupe,  répond aux questions d’Oloing.

 

Présentez-nous rapidement le groupe, son histoire ?

 

Stéphane : C’est une histoire d’amitié… et de famille ! Avec Damien on n’a pas eu besoin de la musique pour s’entendre.  Ensuite j’ai rencontré Elodie à l’université et je l’ai invité à découvrir la manière dont les groupes de chanson française utilisent l’accordéon. Elle a accroché. On a répété à trois au début avec des reprises. Laurent (batterie), qui est le frère de Damien, histoire de famille, je vous avais prévenu, s’est joint à nous en se mettant discrètement derrière la batterie en répétition. Et voilà : NQNT était né ! En fait on est 4 copains et notre histoire s’est faite et se fera sous ces signes : plaisir et amitié. Le plus dur à vivre pour les 3 garçons étant de faire de la musique avec une princesse (rires).

 

Quelle message souhaitez – vous véhiculer dans vos chansons ?

 

Stéphane : Nous ne sommes pas un groupe militant ou engagé. On laisse ce discours à d’autres. Mais ça ne veut pas dire qu’on a pas d’idées…  Par contre, on ne se prive pas pour faire passer quelques idées lors de nos concerts, notamment sur le développement de la culture et le spectacle vivant en France. On incite volontiers les gens à être curieux, à sortir, à découvrir des choses qui se passent parfois à leur porte ! On a tendance à dire que le virtuel et les écrans c’est bien, mais le spectacle vivant c’est mieux !
Notre seul objectif est de divertir et que tout le monde passe une bonne soirée. Nous attachons beaucoup d’importance au rapport avec le public : plus il est participatif, meilleurs on est ! En ces temps socialement difficiles, ça fait du bien de passer un moment de musique, de fête et de légèreté !

 

Quel était votre objectif en participant au concours Label Tremp ?

 

Stéphane : Nous n’avions pas d’objectifs précis, mis à part de proposer un spectacle à la hauteur de la confiance que nous avait donné l’organisation en nous sélectionnant. On est resté fidèle à nous même en prenant un maximum de plaisir à chaque étape. Je crois que c’est cela qui a plu au public, et au jury. Bien sûr, au soir de la finale, on avait envie de gagner… il règne un sacré esprit d’équipe dans le groupe. Deux des membres sont d’ailleurs issus du milieu sportif et nous avons été assez surpris, depuis la formation du groupe, de constater qu’il existe beaucoup de ressemblance entre la vie en groupe du milieu sportif et celle du milieu musical. Les notions de travail, d’entraide, d’objectifs, de groupe sont communes aux deux milieux.

 

Que retenez-vous de cette aventure ?

 

Stéphane : D’abord l’opportunité d’avoir joué dans cette belle salle qu’est Le Hangar ! Cela a confirmé aussi, à travers les retours du jury, que le rapport au public est très important dans un spectacle.  C’est quelque chose qu’on ne peut pas travailler en studio. Nous ne sommes pas des musiciens de formation mais nous avons appris, en commençant dans la rue, à essayer de retenir l’attention du public et surtout à le garder. D’où le côté festif et convivial de nos concerts. Nous retenons aussi de belles rencontres avec les autres musiciens mais aussi avec tous les organisateurs de ces soirées : les techniciens de la salle, les gens de Radio Chalette et bien sûr ceux de la mairie de Chalette.

 

Quelles ont été les retours suite à cette victoire ?

 

Stéphane : D’abord tous les lots attribués au vainqueur : deux concerts (30 ans de Radio Chalette le 15 decembre dernier et la fête de Chalette le 1er juin 2013), la réalisation d’un clip par Jimmy Deuxfois, un réalisateur du coin, une prestation son et lumière par d’ ASEA sonorisation. Ensuite, pour rester dans le champ lexical du sport, on étoffe notre « palmarès » et on gagne en crédibilité auprès des organisateurs avec cette victoire. Dans le milieu de la musique, surtout à notre niveau, plus tu joues, plus tu rencontres de gens et plus tu as d’opportunités pour jouer encore…

 

Quelles sont vos projets futurs ?

 

Stéphane : Nous sommes déjà dans la préparation du prochain album, qui devrait sortir l’année prochaine. Nous allons déjà intégrer quelques nouveaux morceaux dans les prochains concerts pour les « tester » en « live ».  A plus long terme, nous ne sommes pas en recherche de professionnalisation, même si l’investissement s’en rapproche parfois, surtout à la vue des dates qui se profilent en 2013. Nous verrons bien le moment voulu la « dimension » que prendra le groupe mais avec toujours le même objectif : produire, créer et se faire plaisir.

 

Vos prochaines dates ?

 

Stéphane : Nous jouerons le 15 mars prochain au « Bellman » à Montargis. Puis la saison des festivals commencera : le 28 mai au « Hop la ! » festival de St Brisson sur Loire, le 29 mais au Guinguettes des bords de l’Ouanne de Château-Renard, le 1er juin à la fête de Chalette, le 29 juin au festival des Arcandiers de Vailly sur Sauldre (18) avec Blankass et Parabellum. D’autres dates seront officialisées bientôt.